videaste

accueil livecount statistiques
"Un PD Moqueur" : lorsque la critique des jeunes youtubeurs va trop loin

"Un PD Moqueur" : lorsque la critique des jeunes youtubeurs va trop loin

Cher Alexis,

Une voix-off gueularde qui monopolise le volume, un ton bien caustique et un vocabulaire passablement vulgaire. Une forme classique qui accompagne un fond d’attaques directes contre des pratiques courantes chez les youtubeurs, dont tu fais un peu partie, au cas où tu l’aurais oublié. Dans la dernière vidéo de ta chaîne « L’actu animée », tu fustiges tes collègues et entretiens un cliché déjà bien usé par les détracteurs de la sphère des créateurs de YouTube, à savoir leur cupidité et leur besoin de reconnaissance. 

Pourtant cher Alexis, Koleszar de ton vrai nom (ou pas ?), tu n’es pas vraiment étranger au web. D’après l’Internet, tu as déjà fait, il n’y a pas si longtemps, l’objet de polémiques. Ta bande dessinée consacrée à la lutte contre le harcèlement de rue a entrainé de vives réactions sur la toile au moment de sa sortie il y a deux ans. A priori, l’effet qu’a eu ce petit bad buzz sur toi est resté très proche du néant. 

Dès le début de ta vidéo, le parallèle que tu fais est clair : le youtubeur est un enculé (sic), car avide d’argent et de popularité. Ta première cible est David Lafarge, dont tu reprends tout et le parodies : le sujet, sa façon de parler, le titre, et… sa copine, avec qui tu n’es pas vraiment tendre. Le style est original et le sujet vaste, tant que l’on pourrait prendre le temps d’analyser chaque élément dessiné, et la métaphore que celui-ci incarne. Mais les dessins sont vraiment bons, l’animation aussi, du vrai travail de pro. Donc, so far so good, jusque là ça fait plutôt rire et ça reste gentiment mordant, le tout avec un bon coup de génie et beaucoup de talent. Mais c’est lorsque l’on en arrive au deuxième youtubeur que tu as choisi d’attaquer que le malaise devient inévitable. Et là, autant dire que tu t’es fait plaisir.

Tu as en effet choisi les traits d’un certain « Pd Moqueur » pour mettre en scène ton propre personnage. Une référence évidente au jeune youtubeur Sulivan Gwed et à l’ancien nom de sa chaîne, « Un Panda Moqueur ». Une analogie douteuse à bien des titres, d’abord par son caractère insultant. Car, même si cela peut te sembler suranné, le terme « pédé » est toujours une insulte. Je sais que certains s’appliquent à l’employer avec assiduité et insistance, presque comme un mot de liaison, contribuant de fait à une bien triste banalisation. Pour ce qui est des banalités qui ne devraient pas en être, avec l’histoire du harcèlement de rue, tu en connais un rayon, toi-même tu sais. Entre dénoncer et insulter, il existe une frontière tout aussi mince que celle qui oppose l’intelligence à la bêtise. Je trouve que tu as allègrement franchi cette frontière, sous couvert d’humour. Dans la matière, j’ai pour habitude d’appliquer un principe tout con : l’humour, c’est quand c’est drôle. Là, c’est clairement pas drôle. 

Lorsque la critique se transforme en méchanceté et violence gratuites, en plus de perdre toute crédibilité, tu blesses et fais du mal. Quand tu t’attaques à des personnalités, notamment des politiques, tu fais écho aux propos des médias traditionnels, un brin plus incisif mais sans plus. Ici, tu fais un portrait assassin d’un jeune de 16 ans, certes probablement un peu paumé face à son succès et face à lui-même, mais qui ne mérite pas la violence extrême que tu lui craches à la gueule. Tu vas jusqu’à dériver complètement du sujet de la caricature, en liant homosexualité et VIH, poussant la bêtise à l’infâme. No comment.

Le coup fatal de ta vidéo, l’apogée du débile, le paroxysme de la violence, c’est lorsque tu lies la « part de féminité » du personnage à un barbu venant la récupérer, les deux donnant un personnage qui rappelle sans équivoque Conchita Wurst. En plus de mélanger les références à peine masquées au point de t’y perdre, tu t’autorises une comparaison qui pourrait passer inaperçu — mais non. L’attaque envers le youtubeur que tu détruis pendant deux minutes entières est à nouveau excessivement violente et insultante, et surtout grave quand on a pris la peine de prendre ces mêmes deux minutes pour penser à sa portée et ses répercussions. A travers ta parodie toute bête, tu stigmatises des tas de jeunes ados qui se cherchent encore, se questionnent sur leurs identités ou leurs aspirations. C’est à cause de propos comme les tiens, que l’on cherche à démocratiser au nom de l’humour, que ces ados un peu perdus en viennent à souffrir de se sentir différents, anormaux. Tu ne t’en es peut-être pas rendu compte en l’écrivant et en le mettant en scène, mais ce portrait au vitriol, censé casser du youtubeur prépubère parce que ça fait vendeur et engagé, laisse un fort goût de gerbe tant tes mots dérivent du sujet et insultent.

Ta chaîne a pour credo de traiter de l’actualité avec des dessins animés et d’en parler à ta façon. Tu fais du contenu exclusif et graphiquement de qualité, et tu t’associes avec des gens tout aussi bon (cc Superflame).

Et c’est parce que tu sembles capable de faire du contenu intéressant qu’il fallait te le dire : là, t’as (encore) franchement déconné.

Théo.

intéragir

autres

Les chaînes françaises les plus suivies sur YouTube  —  Semaine du 17 juillet

Le YouTube des enfants à la dérive

Le placement de produit sur YouTube et le devoir de transparence des créateurs

Lien ajouté dans votre presse-papier